Iceman

   email arlette vaillant    


NE SE RECLAME DE RIEN NI DE PERSONNE

Cinema Saint mALO



ACCES ANCIENS EDITOS


EDITO du 22 Novembre 2012



Thérèse Desqueyroux le roman

 de François Mauriac
Il était académicien, grand bourgeois, conservateur, catholique,
mais rédigeant notamment dans son bloc-notes des faits avérés.

mauriac


Thérèse Desqueyroux de 1962

Franju, grand metteur en scène des années 60 dont Thérèse Desqueyroux n'est pas le meilleur film. Dans l'un de ses meilleurs apparaît Edith SCOB (Les Yeux sans Visage), aussi chauffeur de la limo dans "Holy Motors" (de Léos Carax présenté à Cannes en 2012)

scob

Dans le rôle principal, nous retrouvons Emmanuelle RIVA,

présente dans AMOUR (toujours dans les salles)

  t



Thérèse Desqueyroux (2012)

Film testament de Claude Miller,

miller

grand metteur en scène contemporain.
On retrouve encore ici l'ambiguïté,  du personnage
et du milieu social dans lequel son mariage l'a fait évoluer.

desqueyroux2


LA LETTRE ACID / NOVEMBRE 2012

Les bonnes nouvelles
La programmation ACID 20 ans à New York a connu un beau succès, la sortie new-yorkaise de LA VIE AU RANCH aussi, et un distributeur américain y a repéré ROBERT MITCHUM EST MORT. A suivre...
Les programmations "20 ans" continuent, en France et dans le monde, portées par l'enthousiasme de prgrammateurs convaincus de la vitalité de ce cinéma indépendant.

Les mauvaises
L'économie des distributeurs indépendants que se postionnent sur ces films est de plus en plus mise à mal par le système des contributions numériques (VPF) quie restent les mêmes, que le film soit exposé à 5 séances par jour ou à 5 séances par semaine.
La multiprogrammation se généralise, ce qui pourrait être une bonne nouvelle, sauf quand elle implique que les séances offertes aux films indépendants les moins identifiés soient systématiquement les moins porteuses. Se généralise aussi, au sein des indépendants, la pratique du "plein écran" imposé par les distributeurs sur les films porteurs, laissant ainsi de moins en moins de place aux autres films. Sans parler des séances d'opéra de plus en plus nombreuses. Ajoutez à cela les frais de promotion des films encore multipliés par 2 entre 2010 et 2011 ou la progression continue du nombre d'écrans occupés dans des mêmes villes et quartiers par certains films et le tableau vire au noir.

A quand enfin une concertation urgente autour de la distribution / exploitation des films en salles ? En attendant, mettre les films directemenent sur Internet ou en VOD ne nous semble définitivement pas la solution au déficit d'identification et d'exposition des oeuvres indépendantes.

Abonnez-vous à la newsletter ACID ici : http://www.lacid.org/newsletter/






Cinema 35Cinema ArvorEmeraude CinémaTNB
acid - Association du Cinéma Indépendant pour sa Diffusion